Accueil / Pâques / Pâques : Une fête, trois mystères gourmands
Pâques

Pâques : Une fête, trois mystères gourmands

Pâques, le mystère gourmand…

 

En hébreu, pâque se dit « pessah » et signifie passage. Passage vers la liberté acquise par le peuple d’Israël fuyant d’Egypte, mais encore passage de Christ de la mort à la vie. De nos jours, pâques est aussi un petit passage gourmand… Œuf en chocolat, lapin, agneau pascal, repas en famille. D’où proviennent ces menus spéciaux qui accompagnent le mystère joyeux de pâques ?

Les œufs de Pâques…

On connait tous cette tradition que nos enfants, ces petits gourmands adorent ! Oui oui, ces œufs en chocolat cachés dans le jardin et qu’il faut retrouver pour gouter à la saveur des délices pascaux. D’où proviennent-ils exactement ?
Il faut savoir que les œufs représentent la vie et la fertilité depuis l’antiquité. Durant le temps de carême, l’œuf était interdit de consommation. Tous les œufs pondus en cette période étaient ensuite récoltés, peints et bénis. On se les offrait finalement pour marquer la fin de cette période de privation. Aujourd’hui, une légende veut qu’ils soient apportés par des lapins qui, pour les anglais et les allemands représentent une déesse. Ils peuvent être aussi semés par des cloches qui selon la tradition chrétienne se taisent dès le jeudi saint en signe de deuil pour ensuite retentit dans la nuit du samedi. Les œufs de pâques en chocolat sont inscrits dans les habitudes populaires tout comme les crêpes pour la chandeleur.

La coupe de vin et le pain azyme

Ce repas n’est pas consommé à toutes les tables. Les catholiques continuent de le respecter puisqu’ils y voient fermement la présence du Christ. Pour les protestants, ce repas n’est qu’un symbole. Il est inspiré de la tradition juive et du menu du dernier repas de Jésus avec ses disciples. Cependant, il prend sa source dans une période plus reculée. Le pain sans levain est consommé pour commémorer la fuite du peuple d’Israël d’Egypte. Pendant cette période, le peuple n’eut pas le temps de faire lever les pains. Pendant 7 jours avant et après la Pâque, le pain levé est interdit. Il est remplacé par le « matzoth » qui est la galette de pain azyme. La coupe de vin est réservée au Prophète Elie qui selon les traditions juives est toujours attendu. Chuuuut !! Nous, on ne fera pas prier pour en déguster.

L’agneau

On en fait de très bons plats succulents. Mais le rapport entre plats à base d’agneau et pâque est une très vieille tradition qui existe dans plusieurs pays. En fait, l’agneau rappelle le Christ, « l’agneau de Dieu » qui a donné sa vie en sacrifice. Dans l’ancien testament, le sacrifice de l’agneau est commandé aux Hébreux, avant la fuite d’Egypte. Avec le sang de cet agneau, ils prouvaient leur appartenance à leur Dieu, échappant ainsi à la dixième plaie d’Egypte, la mort des nouveaux nés. L’agneau et la brebis représentent la pureté, l’innocence. Et aussi, la joie dans nos assiettes…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *